Atelier
ptroz

Protégé : 3 artistes – C. Rutault, M. Der Markarian, F. Pinaroli – 2 sites (Saint Prim et Les Roches de Condrieu)

Institution: Service Tourisme EBER

Texte de présentation

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :


Etapes

1 Séance 1 / PEINS AVEC LA MUSIQUE QUE TU AIMES

« Peinture libre»

photos expo (3)

Peindre en musique est une expérience intéressante. Car on ne s’applique plus à faire quelque chose de «beau». On peut de laisser porter par une
musique qui nous plaît, on danse en même temps qu’on peint, on est debout et tout le corps est
sollicité. On se concentre en même temps sur ce que l’on fait avec nos doigts et sur ce que l’on entend avec nos oreilles.

Cette première séance était conçue comme un moment de
travail et de détente puisque la playlist a été décidée
ensemble. Chaque enfant a choisi son morceaux de musique favori et toute la classe a pu peindre en écoutant ces musiques.

Dans l’exposition ce sont les peintures qui ressemblent le plus à des œuvres d’enfants, des paysages, des maisons, des arbres, des cœurs et des fleurs sont apparus.

ptr

ptr    ptr

ptr

 

2 Séance 2 / PEINS AVEC GRAND QUE TOI !

« John Cage et l’univers et m’aident à peindre »

Sans titre - copie

L’expérience de peindre de façon très libre et en musique se répète, mais la musique est « Atlas Eclipticalis » de John Cage composée en superposant des partitions musicales sur un atlas du ciel. Son objectif était de ne pas être le seul à
composer : les étoiles, les planètes, les vents
interstellaires sont devenus des notes de
musiquessans que John Cage de prenne de
décision a ce stade, il a donc composé avec l’univers, avec « plus grand que lui ».

Les enfants se sont concentrés sur l’écoute d’une musique très calme, avec des événements musicaux épars, comme dans l’espace intersidéral où le vide prédomine. Les peintures reflètent cet état d’esprit de distanciation.

Dans l’exposition ce sont les travaux les plus abstraits.
On peut y observer que les enfants ont appris à maîtriser  :
– les différents outils (pinceaux, brosses, éponge, rouleaux, doigts, tampons, dos du pinceau pour tracer, etc.
– la transformation de la peinture en différents états (pâte ou liquide, dégoulinures ou superposition, etc.)

 

ptr

 

 

 

 

DSC03683     ptroz

ptr     DSC03681

 

 

 

 

 

 

 

 

ptroz

ptrptr

 

ptroz

ptr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3 Séance 3 / AUTOPORTRAIT PARTAGÉ

« L’expérience de l’autre»

Sans titre 2

Claude Rutault aime partager la création avec celui qui achète une de ses peintures.

C’est à cette expérience du partage que la séance était dédiée. Un partage de la création avec son voisin/e. Après avoir vu une brève histoire du portrait en images, les enfants ont dessiné le profil de leur voisin/e. Ensuite, il ont ajouté des éléments géométriques, graphiques et décoratifs.
Au milieu de la séance, les dessins ont été échangé.
Ils «héritaient» et s’enrichissaient du système décoratif de l’autre et pouvaient y injecter leur propre sensibilité, pour, au final trouver un équilibre entre les deux façons de créer.

Dans l’exposition et dans les livres, ce sont les dessins au feutre réalisés à 4 mains, et dans lesquels on peut distinguer un profil.


Les peintures de Claude Rutault sont tout, sauf des œuvres à conserver avec précaution. L’artiste écrit une «définition-méthode» dans laquelle il définit la façon de peindre la toile pour l’acheteur (en fonction de la couleur du mur sur laquelle il sera accroché). Quand le collectionneur déménage, il jette l’œuvre et recrée dans son nouveau lieu de vie, nouveau mur, nouvelle couleur et nouvelle peinture. Il explique : «mes peintures n’ont pas une longue vie, mais elles en ont plusieurs»


DSC03726

DSC03729

DSC03739 DSC03736 DSC03737

DSC03738 DSC03752 DSC03739

 

4 Séance 4 / DECOUVERTE DU TRAVAIL DES DEUX ARTISTES (RUTAULT ET DER MARKARIAN)

Les enfants, des parents accompagnants pour chaque classe ainsi que les adultes du centre social ont visité les deux églises, à Saint Prim et aux Roches de Condrieu.

L’observation et la discussion ont permis une compréhension du travail de ces deux artistes ainsi qu’une mise en relation avec les travaux faits pendant les séances.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Visite Sites - JC CL Anna (1)

 

5 Séance 5 / PORTRAIT EXPRESSIF

« Maîtriser les moyens de l’expression»

Sans titre 3

Maurice Der Markarian a peint beaucoup de portraits.
Ils sont expressifs et les regards y sont essentiels.  Ses peintures s’originent dans une intériorité que les yeux de ses portraits ou autoportraits dénotent de façon exemplaire.

Cette deuxième séance est centrée sur la possibilité avec la peinture d’être expressif. Les enfants cherchaient dans leurs connaissances  des personnes pour lesquelles ils ressentaient des sentiments positifs ou négatifs.
Les enfants ont pu d’abord observer dans des œuvres de
l’histoire de l’art, puis au cours de leurs expérimentations que :

1 – la forme du visage, des yeux, des sourcils, de la bouche,
2 – les couleurs utilisées,
3 – l’énergie avec laquelle ils peignent,
influent sur la qualité de l’expression des visages peints.

Dans l’exposition ce sont les visages très expressifs qui peuvent être des expressions de grand bonheur ou des monstres effrayants.

DSC03673 DSC03701 DSC03725 DSC03709 DSC03706 DSC03669

 

6 Séance 6 / ART CONCRET

photos expo (58)

« Deux formes identiques… mais différentes »

Imaginée à partir d’une phrase de Claude Rutault pour caractériser sa pratique : « Avec mes monochromes, je ne fais pas de l’art
abstrait mais plutôt de l’art concret. »

C’est donc une séance autour de l’aspect « concret » de la peinture, et en particulier sa texture.
Les enfants ont pu expérimenter le fait que deux
monochromes de forme, de taille et de couleur
identiques peuvent être différents, il suffit pour cela de faire varier :

1 – l’outil avec lequel on passe la peinture :
pinceaux, éponges ou rouleaux de tailles différentes, main ou doigts .
2 – le geste avec lequel on applique la peinture
cercles, hachures, impacts, etc.
3 – la vitesse, l’énergie ou la force avec laquelle on passe
la couleur

Dans l’exposition ce sont les diptyques de deux collages de formes colorées :
> identiques par la forme, la couleur et la taille,
> différents par la façon concrète de passer la couleur

photos expo (49)

DSC04002 DSC04020

 

DSC04003DSC04022

 

DSC04004DSC04023

Ecole JC 26 03 (12)

photos expo (57)  photos vernissage (28)

7 Séance 7 / COMMENT FAIT-ON UNE EXPOSITION ET DES LIVRES

Avant cette dernière séance un choix parmi les travaux réalisés devait être fait. la centaine de participants ont réalisé une dizaine de peintures chacun pendant les séances décrites ci-dessus. Ils ont dû en  sélectionner trois :

> une pour intégrer l’exposition (exposée sur des panneaux verticaux)
> une pour intégrer des « livres d’artistes » (5 livres réalisés par Fabien Pinaroli)
> une pour une collection particulière sur le site le muz.org

Cette séance permet de comprendre qu’il reste un travail à faire pour passer d’une sélection de peintures à une exposition.

C’est un travail sur des séquences de peintures. En rapprochant certaines peintures, on peut faire des suites plus ou moins pertinentes. On met en valeur des analogies, des contrastes et complémentarités qui, plastiquement, œuvrent à rendre des assemblages meilleurs que d’autres.
Dans les classes et au centre social, on a cherché l’unanimité. C’est à dire qu’à chaque assemblage proposé et on a pu constater que lorsque cela « fonctionne » on tombe tous d’accord. Inversement,  chacun a pu expérimenter que parfois, cela « ne fonctionne pas ». Et cela sans pour cela porter de jugement sur la qualité des travaux, il est donc possible de faire des choix plastiques qui ne relèvent pas que de la subjectivité.

C’était le but de cette séance.

CS 7 05 19 (3) FP CS 7 05 (1)


 

8 Séance 8 / LES VISITES DE L'EXPOSTION ET LE VERNISSAGE

Le soir du vendredi 24 mai 2019 a eu lieu le vernissage de l’exposition au Service tourisme EBER dans les bâtiments de la Communauté de Communes Entre Bièvre et Rhône à Saint-Maurice l’Exil.

Tous les participants ont pu venir voir en avant première l’exposition. La visite s’est faite avec Fabien Pinaroli qui a pu expliquer les dernières phases de travail qui ont mené à l’exposition : la fabrication des livres et le montage.

 

photos vernissage (4) photos vernissage (28)

photos visite classe expo (15)

photos visite classe expo (11)

photos vernissage (7)

SONY DSC

SONY DSCSONY DSC  SONY DSC

 

 

Contact

ARTISTE

Fabien Pinaroli — 06 27 85 93 83 — fabien.pinaroli@gmail.com

 

STRUCTURE ORGANISATRICE

Service Tourisme EBER — 04 74 29 31 71 patrimoine@entre-bievreetrhone.fr

 

STRUCTURES PARTICIPANTES

École élémentaire Givray à St Maurice l’Exil, Classes CP (Mme Serres) et CE1 (Mme Nivon)
École élémentaire Joliot Curie à Salaise-sur-sanne, Classes CP ( Mme Bruyère) et CE1 (Mme Huet)
Centre social Roussillonnais à Roussillon (Mme Bongard – Arnaud)

Cet article est protégé par un mot de passe. Merci d'entrer le mot de passe pour voir les commentaires.