Baby Art : « Il était une fois notre créativité… »

Organisée par l’association Arty Minots, l’exposition Il était une fois notre créativité… s’est tenue du 25 au 30 juin 2018 à la galerie de l’ESDAC puis à l’Hôtel de Gallifet le 1er juillet pour une vente aux enchères exceptionnelle des œuvres exposées au profit de l’association Sourire à la Vie. Cet événement, qui a été initié à Kid & Sens, club d’activités parent-enfant situé à Aix-en-Provence et qui, depuis 2011, a accueilli dans ses ateliers près de 1000 enfants qui ont pu s’exprimer librement sur la toile dans un accueil bienveillant, a donné à découvrir des tableaux peints par des enfants âgés de 18 à 36 mois et témoigne de la volonté de mettre en lumière le rapport instinctif du tout jeune enfant à la création artistique. Les intervenants sont ainsi régulièrement témoins de la naissance d’œuvres spontanées et sincères, faisant écho de façon troublante à certaines œuvres d’art contemporain. Pour les jeunes enfants, le plus grand bénéfice de ces moments est lié au plaisir ressenti pendant leurs explorations, au partage de ces émotions avec leurs parents et donc au processus plus qu’au résultat. Etre plus qu’avoir, un joli programme pour une première expérience de vivre-ensemble, dont le projet Baby Art témoigne dans le cadre d’expositions qui mettent à l’honneur la créativité des plus petits.

Cette exposition témoigne du créateur qui vit en chaque enfant et donne à voir exprimées sur la toile les impressions si précieuses de l’enfance dans toute leur innocence, leur pureté et leur intensité, gardons-nous bien de les juger ou de les orienter et sachons les apprécier à leur juste valeur car la créativité instinctive de l’enfant est un cadeau précieux qu’il nous faudrait apprendre à préserver. « Libérez le potentiel de l’enfant et vous transformerez le monde avec lui », disait déjà, il y a près d’un siècle, la célèbre pédagogue Maria Montessori. Alors, qu’attendons-nous pour apprendre de nos enfants ? Il était une fois notre créativité… l’histoire reste à écrire et pourrait donner naissance à un nouveau chapitre : notre créativité retrouvée !

Texte de Sabrina Repaja

1 salle
pour cette collection

"Il était une fois notre créativité..."

L’enfant, de 18 à 36 mois, témoigne ici de sa nature créative et exprime sa tendance naturelle à investir la matière, la couleur et l’organisation dans l’espace. Dans ses gestes, ses élans, ses choix, ses pulsions, l’enfant exprime dans ses réalisations picturales sa vitalité, sa capacité à s’exprimer et à communiquer sur la toile. Si Michel Lorblanchet (né en 1937) – spécialiste de l’art pariétal – démontre dans ses travaux que l’homme est dès l’origine de l’humanité « Homo Aestheticus », et souligne ainsi la nature artiste de l’homme, nous tendons à penser que le terme d’origine pourrait s’élargir à l’origine de chacun, à savoir la petite enfance.

Chacun des tableaux de cette exposition est une fenêtre sur l’Enfance, apprenons à savoir les regarder et à les accueillir sans jugement de valeur en réorientant notre regard d’adulte et en évitant, lorsque nos enfants dessinent, les formules lourdes d’attentes et d’impératifs telles que « Fais-moi un beau dessin ! » ou « Qu’est-ce que tu as dessiné ? ». Apprenons à accompagner nos enfants avec respect et fantaisie dans l’expérience imprévisible et insondable qu’est l’acte de création, apprenons à nous ouvrir à la poésie de l’enfant et laissons-le dessiner pour lui-même et non pour les autres. L’acte de peindre ou de dessiner représente une part importante de l’enfance, que l’on cesse généralement de pratiquer vers sa dixième année, en commençant déjà à perdre de vue l’enfant qui est en nous et la façon tout à fait personnelle et unique de percevoir le monde que le dessin exprime, aussi s’extirper des carcans, des prérequis et des habitudes pour mieux arpenter, à l’image des enfants, le chemin de la créativité, peut-il également être une voie pour repartir à la conquête de notre propre créativité en tant qu’adultes.